Interview Entretien avec Charly Sahona (Venturia)

18 Décembre 2012
Entretien avec Charly Sahona (Venturia)

Dawn Of A New Era, le nouvel album de Venturia s'avèrant être une expérience très différente d'Hybrid, son prédécesseur, nous étions impatients d'en discuter avec Charly Sahona, guitariste du combo. Ce dernier nous livre les objectifs fixés par le groupe concernant ce nouvel opus et parle un peu de lui, de ses influences, de sa vision de la musique. Un entretien intéressant, mettant en valeur un musicien dont la passion est admirable. 

Salut Charly ! Comment vas-tu ?

Bah écoute, ça va très bien, et toi ?

Bah ça va plutôt pas mal. Alors ce Dawn of a New Era ? C'est pas mal, bon choix de titre !

Oui, en fait il représente bien l'état d'esprit du groupe à ce moment-là.

Ce titre est assez évocateur, en effet. Je trouve que cet album est un peu plus axé sur les mélodies, c'est un peu plus puissant, et c'est moins expérimental que sur Hybrid par exemple. Je me trompe ?

Tu ne te trompes absolument pas ! C'est ce qu'on avait prévu de faire après Hybrid. Nous étions très fiers des deux albums qu'on a fait précédemment mais on s'est dit qu'à l'écoute c'était peut-être pas si évident que ça puisqu'en fait le progressif et les défis techniques sont plutôt réservés pour un public "élitiste", on avait plus envie d'aller à l'essentiel, sur le groove, sur le riff de guitare et sur les mélodies.. Donc nous avons décidé de mettre ça d'avantage en avant également.

Pour que ce soit plus accessible donc ?

Exactement ! Et même plus accessible pour nous parce que pour la scène et à l'écoute d'un album, c'est vrai qu'on s'est rendu compte que ça demandait quand même un effort d'écouter des albums compliqués. Je ne dis pas qu'on a changé de style, pas du tout. En fait, il y a les mêmes éléments qu'il y a sur les deux précédents albums mais la répartition est différente, et on a plus mis en avant le groove, les riffs de guitare, les mélodies, on est allés plus à l'essentiel de façon à être plus efficaces. Ça se ressent également sur scène pour tout te dire ! Il y a une meilleure communion lorsqu'on fait des choses un peu plus simples, on gagne en énergie, en puissance et en partage entre nous et le public. Donc pour cet album là, c'était ce qu'on s'est dit. On va essayer d'avoir une ligne directrice musicale, un peu différente mais tout en gardant notre style bien évidemment. 

Tu sembles être très content du résultat. 

Oui ! Quand on va commencer l'écriture d'un album, j'aime bien que tout le monde soit d'accord sur l'orientation musicale que l'on va prendre. Ainsi, chacun est content, et tout le monde se fait plaisir. Une fois cette étape terminée, il va y avoir le regard du public, et les chroniques, bien évidemment ! A partir de là, on va être d'accord avec certaines opinions, et moins avec d'autres... Mais je pense que ça va nous donner des idées pour écrire de nouvelles choses pour le prochain album.

D'ailleurs, pour ce nouvel album, la voix de Lydie est beaucoup plus en avant ! Elle devient la chanteuse principale du groupe.

Totalement, totalement ! Et c'était voulu ! En fait je me suis posé la question avec le départ de Marc : " Qu'est-ce qu'on fait ? Est-ce que Lydie ne va faire que chanter ? " Je pensais faire ça puis j'en ai parlé aux autres qui m'ont dit que formule du duo était intéressante et qu'il serait bon de la conserver. Du coup, étant absolument fan de Lydie, je me suis dit : " Bon on va garder la formule du duo " , mais j'ai vraiment eu envie de la mettre plus en avant, ça c'est clair. Et puis, ça me soulage parce que j'ai aussi les guitares sur scène. Donc, oui, on garde la formule du duo, mais il y a deux titres qu'elle fait en lead et je souhaite qu'elle soit plus en avant parce que je prends énormément de plaisir à l’entendre chanter.

Et même toi tu donnes de la voix sur cet album quand même !

Ah bah c'était le challenge artistique ! Ca m'a fait plaisir de le faire. C'était difficile et nouveau pour moi mais ça m'a permis de progresser. J'ai eu envie de m'exprimer en tant que chanteur.

Et ça t'a plu comme expérience ? Tu vas remettre ça ?

Oui ! Je vais remettre ça. En fait, j'avais déjà sorti un album solo il y a deux ans dans lequel j'étais seul au chant, et c'est ça qui m'a donné une certaine confiance pour être second chanteur lead au sein de Venturia. Je vais continuer ça, parce qu'en ce moment, je bosse sur mon prochain album solo, dans lequel je chanterai et où je me mettrai encore plus en avant à ce niveau, et de même pour le prochain album de Venturia, où on gardera cette formule de duo.

Sur le nouvel album, il y a une chanson qui s'appelle What if I. Elle est faite pour la radio cette chanson, franchement ! Non ?

Bon... On va dire qu'au niveau de la structure, du refrain.. C'est entraînant, oui. Mais bon, on ne fait pas ça pour passer à la radio, parce qu'on sait très bien qu'on n'est pas signé chez Universal pour le moment, avec un élan médiatique incroyable qui va nous propulser à la radio ! Cependant, lorsqu'on a décidé de réaliser un single et un clip, tout le monde s'est mis d'accord pour ce titre là. C'est vrai qu'il serait sympa en radio !

Oui, d'autant que les sonorités sont excellentes et que tu arrives à manier ce petit côté FM.

Puis pour la réalisation du clip, on a modifié un peu la structure car le réalisateur nous avait dit de faire un petit peu plus court.. Du coup, la chanson se retrouve encore plus « calibrée » pour la radio, même si elle ne fait pas 3min30. Dans le clip, la version est un peu plus « grand public » , dirons-nous.

Est-ce qu'il y a des choses que tu voulais incorporer sur cette album que tu n'as pas pu incorporer au final ?

Bonne question ! Dans l'absolu, je vais te dire que oui, mais on s'était tous dit dès le début qu'on voulait aller à l'essentiel, et donc qu'on allait mettre de côté la dimension un peu plus expérimentale. Toutes les choses un peu symphoniques, et les passages un peu plus électroniques ; il va y en avoir moins, même si c'est des choses que j'apprécie énormément. Donc oui, je souhaitais que cet album soit un peu plus homogène, et donc là, on s'est un peu limité quant à ce côté « varié ». Cependant, tout ce qui est original et varié dans les autres albums de Venturia se retrouve dans ce dernier album, mais de manière un peu plus subtile. Toutes ces petites « frustrations artistiques » qui découlent de ce dernier album, on va pouvoir s'en servir pour nourrir le prochain !

Oui, d'autant que ton album solo ne va pas tarder ! Ce sera une bonne occasion d'en remettre une couche !

Oui, tout à fait !

Comment es-tu venu à faire ces choix de sonorités parfois mystiques ou atmosphériques qu'on retrouve sur cet album ? Elles étaient déjà présentes avant, mais semblent ici assez différentes, si tu vois ce que je veux dire.

Je vois très bien ce que tu veux dire. Ca vient surtout des synthés et des guitares additionnelles en fait. Ça va donner une couleur qui va renforcer l'identité de Venturia. Même si j'ai toujours été très axé sur le côté métal, saturé.. le chant... J'ai aussi toujours adoré tout le travail au niveau de l'électronique, les synthés, les jeux avec les effets. Donc effectivement, tous ces nouveaux logiciels, plug-in etc... vont m'inciter à travailler de manière différente tous ces sons électroniques. Et puis, entre Internet, les rencontres etc... Il y a toujours des couleurs musicales qui m'interpellent et que je vais essayer de m'approprier. Donc, oui, ces couleurs qui renforcent ce côté mystique et mystérieux, comme tu le disais, c'est des petites choses qui vont apporter un relief, une identité sonore, qui personnellement me plaît bien ! J'aime bien travailler tout ça chez moi. Ça m'amuse ! C'est un peu comme la peinture : on pause les fondations, les bases rythmiques, batterie, guitare, basse... Puis on met de la couleur et de l'âme avec le chant, et enfin, on va avoir tout ce qui se fait en fond ; une tâche d'une couleur particulière, pour varier... De même pour le cinéma, c'est tout ce qui se passe en arrière plan qui va donner l'ambiance... Bref, les arrangements, c'est quelque chose qui me plaît beaucoup !

Ça se ressent en tout cas ! Maintenant, parlons un peu de votre passé et de Hybrid, votre précédant album, que j'ai écouté juste après avoir reçu le petit dernier. C'était une période géniale pour vous! Vous avez eu des récompenses etc.. Quel regard as-tu sur vos deux précédents albums et sur ce qui s'est passé avant ?

Je suis très heureux de ce qu'on a accompli. C'est vrai que le premier album nous en sommes extrêmement fiers parce que c'est le résultat de nombreuses années de travail en amont, chez nous. Dès qu'on a eu l'opportunité de nous enregistrer avec une vraie prod, avec un bagage technique, théorique etc... Ca a vraiment été une consécration. Pour le deuxième album, Hybrid, on s'est dit qu'on allait aller encore plus loin, d'une manière assez différente, d'autant qu'on avait plein de d'influences diverses. Et c'est vrai que cet album partait un peu dans tous les sens, et c'est très bien ! C'est hyper technique de temps en temps, hyper mélodique... Il y a des ambiances tri pop, du symphonique... Bref, ça va partout, et j'en suis très fier ! Mais on s'est rendu compte à la sortie de cet album qu'il était peut-être un peu trop varié , et que ça partait peut-être un petit peu trop dans tous les sens. C'était pas le top pour se créer une identité sonore et musicale, même si ça n'empêche pas qu'on reconnaisse le groupe. Pour ce troisième album, j'ai essayé de recadrer et de recentrer les choses, pour que ce soit un peu plus homogène. Hybrid était trop varié, même si c'était le concept, et on s'est rendu compte que certains fans de prog se sentaient un petit peu paumés par cette approche à des moments. Ce dernier album cherche donc à créer une plus grande communion entre le public et nous.

Tu ne laisses donc rien au hasard. 

Oui, et comme je t'ai dit, le principal, c'est de se faire plaisir, ensemble, quand on construit notre musique. Ensuite va venir le moment de le présenter au public, et donc c'est vrai qu'on a toujours le trac ! On sait très bien que des gens ne vont pas apprécier, ou bien que d'autres vont préférer ce qu'on a fait avant, mais aussi des gens qui vont préférer ce qu'on fait maintenant... Et il faut faire avec ! On reste sur notre ligne directrice, créatrice et artistique. C'est très important de partager l'opinion des gens aussi, ouais.

D'ailleurs, vous allez tourner bientôt !

Oui, on va tourner ! D'autant que le nouveau line-up est 100% français ! Nous sommes 3 à Montpellier ( basse, batterie, guitare ) , et Lydie qui habite un peu plus loin dans le PACA.. C'est assez difficile d'organiser une tournée car ça coûte beaucoup d'argent, surtout qu'on n'est pas vraiment aidés par notre label, voir pas du tout... Mais on peut déjà annoncer de manière officielle que le 27 décembre on jouera à Montpellier, et pour le reste... J'invite les auditeurs et lecteurs à venir nous rejoindre sur les réseaux sociaux, quand on annoncera les prochaines dates, ainsi que des participations à des festivals.

Ah ! Tu peux nous en dire plus ?

J'aimerais beaucoup, mais j'ai démarché plein de festivals.. Quelques-uns nous ont répondu, mais on doit les recontacter en décembre. Ce ne sont pas des choses qui se font du jour au lendemain malheureusement. Donc j'en saurai plus bientôt !

Bon, on va parler un petit peu plus de toi maintenant !

Ah cool ! Je connais bien le sujet !

Parle-moi des guitaristes qui t'ont influencé, de leur jeu, et de ce qui a pu peut-être contribuer à faire du jeu de guitare de Charly Sahona ce qu'il est aujourd'hui !

Bah écoute, j'en ai plusieurs durant mon apprentissage guitaristique. Après avoir baigné durant toute ma jeunesse dans la musique classique grâce à mon père, lors de mon adolescence, j'ai décidé de faire autre chose. C'était une forme de rebellion. Continuer à faire de la musique, mais avec un instrument différent. J'ai tout de suite adoré la sonorité de la guitare électrique que je trouvais proche de celle du chant, très sensuelle. A l'époque, j'ai été touché par des gens comme Mark Knopfler, chanteur et guitariste des Dire Straits, Stevie Ray Vaughan etc... Ce qui est à des années lumières de ce que je fais maintenant ! En fait, au bout d'un moment, j'ai eu besoin de rechercher le côté « virtuose » qui me plaisait beaucoup, mais que je ne retrouvais pas chez ces gens là Enfin, si, pardon ! Je retire ce que j'ai dit ! Je veux dire... Ils vont virtuoses dans leur style, mais moi je recherchais une virtuosité un petit peu plus « flashy » ! Donc j'ai acheté des bouquins de guitare, et c'est là que je me suis rendu compte qu'il existait un monde dans le métal. Et ça m'a beaucoup plu. J'ai découvert des personnalités comme Malmsteen, Paul Gilbert, avec Mr Big. En fait, tous ces groupes qui étaient à la mode dans les années 80's, mais qui ne l'étaient plus dans les années 90's, lorsque je les ai découverts ont été une inspiration. J'ai découvert tout ce côté technique alors qu'il commençait à être sur le déclin, avec Steve Vai, Joe Satriani. Puis, j'ai découvert John Petrucci avec Dream Theater, et ça a été une véritable claque. C'était exactement ce que je voulais faire. Il y avait le côté riche, technique, virtuose...

… Et puis cette atmosphère ! Ils savent poser une atmosphère les mecs quoi !

Oui, en effet ! Et ça a donc été un grand changement dans ma vie. Le côté « flashy / technique » m'a toujours plu, tout comme le côté sportif de l'instrument. J'ai toujours été très sensible aux mélodies, au feeling... Et c'est d'ailleurs ça que j'ai gardé de Mark Knopfler et de SRV ; c'est cette espèce de construction mélodique et tout ce travail de la note, très vivant, qu'ont les guitaristes de blues. Donc effectivement, en fait, je suis le mélange de tout ça. Ensuite j'ai découvert des guitaristes complètement fous comme Shawn Lane, qui faisait des choses hallucinantes, et même Ron Thal Bumblefoot qui est actuellement le guitariste de Gun's N Roses , qui est incroyable et très innovateur. Donc voilà... je suis la genèse de ces influences là ! Mon jeu s'articule particulièrement autour de tout ça. Je souhaite qu'il soit très mélodique, très vivant, qu'il soit technique aussi, et original dans la construction. Je ne suis pas un génie dans le sens ou je ne pars de rien et je fais quelque chose de nouveau... Non, au contraire, mes influences sont très claires !

Oui, et d'ailleurs, tu parlais de Steve Vai et de Paul Gilbert. Ils ont tous les deux sortis des albums récemment. Tu as pu jeter une oreille dessus ? Qu'est-ce que le fan en pense ?

Absolument, oui ! J'ai écouté le dernier Steve Vai que je trouve EXCELLENT. Voilà un mec qui, je trouve, a tout réussi ! Il a une identité artistique hallucinante, c'est un super producteur, c'est un super business man, sur scène il est incroyable, généreux, et il a une super présence. Au niveau du look aussi. Bref, je pense que c'est le guitariste le plus accompli ! A tous les niveaux il excelle. Je suis vraiment un très grand fan de ce mec. Le dernier Gilbert, je ne l'ai pas entendu par contre ! Je me suis d'avantage penché sur le dernier album de Steve Vai que j'ai écouté plusieurs fois et dont je pourrais donc mieux te parler !

Ça fait plaisir de parler au fan, après avoir parlé au guitariste !

Oui, en effet.. Je suis totalement fan. Je suis toujours resté fan, et j'aurai toujours cette part d'inspiration en moi. C'est d'ailleurs ça qui nous permet de garder un côté « frais » . Je ne suis pas blasé, contrairement à certains de mes potes qui peuvent être bloqués dans le passé. Moi je suis très respectueux de tout ce que j'ai pu aimer il y a plusieurs années, mais j'aime la nouveauté et je garde cet engouement de fan.

Tu pourrais nous parler un peu de ton premier album solo, du prochain, et de ce que tu comptes y incorporer ? 

Juste après Hybrid, notre second album avec Venturia, j'avais déjà plein d'idées pour faire son successeur. Et comme je t'ai dit, j'ai décidé de changer la direction musicale et artistique de Venturia pour faire quelque chose de plus homogène. Et je me suis dit « Tiens, ça je ne l'ai encore jamais fait ! Et ça tombe bien parce que j'aimerais bien faire quelque chose de différent qui va m'oxygéner ! » Donc j'ai décidé de faire mon premier album solo, de manière très homogène. Un peu comme si j'étais peintre. J'ai voulu faire quelque chose d'expérimental, et je me suis dit « Tiens, voyons comment ça va sonner si je fais un truc seul ! » . J'ai fait quelque chose basé sur les riffs, quelque chose de sombre et d'un petit peu indus. J'en suis content, mais c'était un essai. Là, maintenant que le nouveau Venturia est terminé, j'espère enregistrer mon prochain album solo à partir de janvier. Je peux te dire qu'il sera moins métal, dans le sens où les derniers albums de Venturia sont très métals et basés sur les riffs de 7 cordes, très graves et lourds. Pour ce nouvel album solo, j'ai voulu faire quelque chose de travaillé à la guitare, et accompagné d'un autre guitariste. Je vais travailler des textures différentes, des ambiances nouvelles. Ca va être plus modern rock pour le coup ! C'est toujours basé sur les mélodies, mais il va y avoir des ambiances différentes.Voilà donc ce que je peux te dire. Le line-up sera également différent, je vais jouer avec des musiciens différents. Et tout cela m'aère de manière à revenir avec Venturia, toujours dans le même style, avec une pêche et des idées nouvelles ! C'est un moyen de me diversifier, mais dans le but de revenir à ce que j'aime, parce que Venturia j'en suis très heureux. J'aime les gens avec lesquels je bosse et avec lesquels, surtout, je m'exprime musicalement.. On a tous besoin de s'exprimer hors de Venturia, étant donné qu'on vient tous d'horizons différents. Thomas et Fred sont branchés jazz et funk, Lydie est branchée musique du monde et soul par exemple. Et tout ça, le fait de nous enrichir de nos expériences, ça fait qu'on se retrouve au sein de Venturia avec encore plus d'engouement et de passion.

On remarque que tous les groupes qui font de l'expérimental sont toujours affamés de faire de nouvelles choses. Et tu ne déroges pas à la règle !

Oui, en effet. (sourire téléphonique) J'ai vraiment envie de m'exprimer de différentes manières et avec des instruments différents. Que ce soit le synthé, la guitare, ou le chant maintenant. J'aime faire des choses différentes dans la composition. Mais bon, j'ai pas non plus envie de faire des choses totalement nouvelles à chaque fois pour Venturia. Il faut garder des grandes lignes directrices pour ce projet artistique.

Pour finir , dis-nous maintenant ce qui te ferait plaisir à l'avenir pour toi, pour ton groupe, pour tes projets solos.

Bah là on arrive à la concrétisation de nos projets : enregistrer les albums et les réaliser de la façon qu'on le souhaite. Ça j'en suis très très heureux, parce qu'on arrive à le faire. Après, c'est sur que une fois que la chose est faite, on a envie de la refaire différemment, comme je t'ai déjà expliqué. En tout cas, ce qui pourrait vraiment me faire plaisir, c'est qu'on tourne beaucoup plus et que les choses commencent enfin pour nous. Un groupe sans tournée, ça a du mal à vivre, malheureusement... C'est difficile, et j'espère vraiment que les choses vont décoller pour nous à ce niveau là. On est très évolué dans la réalisation des albums, mais moins dans les lives de Venturia, et c'est dommage. Ce qui pourrait nous arriver de mieux pour l'instant, ce serait à ce niveau là. Qu'on fasse des festivals et des tournées !

Tu ne vis pas de ta musique, je suppose ?

Je dirais plus que je vis de LA musique en général. Nous avons la chance de vivre de la musique car nous donnons des cours, nous jouons dans des groupes de reprises. C'est ça qui nous fait vivre, et ça nous laisse pas mal de temps libre. Moi j'essaye de faire le « minimum vital » , de façon à avoir le plus de temps possible pour me concentrer sur mes projets et mes compos, mais je suis quand même très content de pouvoir payer mes factures grâce à la musique ! Je ne roule pas sur l'or, mais c'est un luxe incroyable. Il y a peu de gens qui arrivent à vivre de leur passion, donc je ne me plains pas, même si notre frustration c'est de ne pas pouvoir vivre de notre propre musique pour l'instant !

Ça m'a fait très plaisir en tout cas !

J'espère te croiser prochainement sur la route. Passe une bonne fin de journée ! A bientôt.

Entretien réalisé par Jimmy Jetsam, Transcription par La Lanterne.

1926 vuesPar La Lanterne

Articles

Venturia

Venturia

Venturia est un groupe de metal progressif franco-américano-suisse formé par le guitariste Charly...

+ d'infos

Derniers articles

Interview » Entretien avec Charly Sahona...