Chronique The Arrs - Soleil Noir

4 Décembre 2012
The Arrs - Soleil Noir

The Arrs est de retour avec le brûlot « Soleil Noir » chargé de succéder à Héros Assassin paru en 2009 et enfermant définitivement le groupe dans l’étiquette Metalcore. En cause ? Ce précédent album prenait trop de raccourcis et ne mettait pas forcément les talents du groupe en valeur. La bande revient donc mettre les pendules à l’heure avec un album bien plus inspiré, riche et étonnant de puissance.

Il me paraît important de commencer cette chronique en parlant du son de ce nouvel opus, qui s’avère tout bonnement être un plaisir pour les oreilles. Le chant tout en violence de Nico se veut parfaitement audible et compréhensible. Pour rappel, The Arrs est un produit made in France, les paroles sont donc écrites et hurlées dans notre belle langue, ce qui est très appréciable. Je n’irais pas dire que je suis friand des chants brutaux déclamés dans le parlé de Molière mais force est d’avouer que cet univers de souffrance entourant la musique du combo fait son effet et permet de rentrer directement dans le monde du groupe.  Le son de la batterie est percutant semblant asséner une baffe magistrale dans la tronche de l’auditeur à chaque coup, tandis que les bases posées par les deux guitares et la basse achèvent de rendre la musique du groupe claire comme de l’eau de roche. Un effort vraiment appréciable qui va rendre l’écoute de Soleil Noir vraiment plaisante.

Comme dit précédemment, le groupe s’est retrouvé à mes yeux enfermé dans une spirale « only metalcore » à cause du visage très ancré dans ce style de leur prédécesseur… C’est une toute autre histoire ici, le groupe continuant à assumer son côté Metalcore sur des titres comme Fahrenheit ou Mon Epitaphe qui avec ces refrains en chant clair viennent offrir j’oserais dire, une certaine bouffée d’air frais à un disque quand même assez violent. Car oui, la musique du groupe va de paire avec les paroles chantées par Nico. On prend de la double pédale à foison de la part du batteur Toki qui étourdirait presque l’auditeur en frappant son instrument comme si sa vie en dépendait et qui est servi par un rythme rappelant à la fois le Death et le Thrash Metal (des titres comme Invincibles ou le Triomphe de la Mort en sont le parfait exemple). Les riffs saccadés de Stefo et Pierre sont dans cette lignée la mais se permettent aussi des passages mélodiques très plaisants rappelant Textures par exemple même si la construction générale se veut comme j’ai dis précédemment très saccadée, lorgnant même à certains moments vers ce que Gojira peut nous servir dans leurs chansons. Un gros melting-pot d’influences donc, allant même saluer le hardcore sur un titre comme Authentiques /Indignes.

Un disque sombre, inspiré qui prouve que le groupe sait comment prendre l’auditeur et le poser dans l’ambiance, le monde, qu’il a décidé de présenter. Le metal joué par le groupe conserve tout de même grâce à cette facette se trouvant je-ne-sais-où entre le hardcore et le metalcore cette faculté à faire headbanger violemment quiconque posera l’oreille sur ce nouvel opus. Il est également important de souligner et d’applaudir ce chanté en français, ce mix malin avec les sonorités death et thrash metal entourant l’album et surtout cette remontée vraiment impressionnante d’un groupe qui arrive à surprendre et qui semble clamer haut et fort, qu’ils ont encore des choses à dire.

1545 vuesPar Jimmy Jetsam

Articles

The Arrs

The Arrs

The ARRS (The Alien’s Right Respect Sect) est un groupe français de Metal hardcore originaire de Paris...

+ d'infos

Derniers articles

Chronique » The Arrs - Soleil Noir