Chronique Stratovarius - Under Flaming Winter Skies – Live in Tampere

16 Novembre 2012
Stratovarius - Under Flaming Winter Skies – Live in Tampere

Ah STRATOVARIUS, grand groupe de Power Metal devant l’éternel en provenance de Finlande dont de véritables pépites ornent sa discographie. Passons directement au vif du sujet, le dénommé UNDER FLAMING WINTER SKIES – LIVE IN TAMPERE . Il faut savoir que ce live a été enregistré sur la tournée de leur dernier album en date Elysium et surtout à l’occasion du dernier concert avec le groupe du batteur de longue date Jörg Michael. ALL RIGHT.

Quoi de mieux que de commencer avec un titre plein d’énergie ? Under Flaming Skies, un des titres du dernier album, assure d’entrée et nous assure presque que nous aurons un bon live à n’en point douter. Un mot sur la production évidemment : propre mais authentique, bonne pour faire simple. Mais j’ai tout de même une légère préférence pour celle du Polaris Live de 2009… Ce n’est pas bien grave. Chaque auditeur n’a pas la même oreille surtout dans le cas d’un live. I Walk to My Own Song est magistralement interprétée, la puissance est au rendez-vous et Timo Kotipelto peut des fois nous faire penser à un certain Michael Kiske. D’un point de vue instrumental, c’est carré et maitrisé. L’ultra-rapide Speed of Light constitue d’ores et-déjà un pilier de ce live tandis que le mid-tempo Kiss of Judas, issu du grand album Visions, poursuit dans une rage et une énergie tout aussi présente. Quel déferlante de riffs et de décibels mes cocos ! Deep Unknown commence avec les claviers et les doigts de Jens Johansson (qui sont une part importante dans les interprétations du combo) et ne relâche évidemment pas la pression instaurée dès le départ et on peut enfin le confirmer, Stratovarius nous délivre ici un très bon live et Matias Kupiainen lui, nous donne un bon solo directement après. Et là, parce que la transition épique nous laisse sur le cul, on sort les mouchoirs ou le sopalin pour un Eagleheart de folie. Mais on peut se rendre compte d’une chose : bien qu’étant en forme, Timo Kotipelto monte moins avec sa voix tout de fois cela ne gâche en rien le plaisir. On fait monter peu à peu la mayonnaise avec Paradise (titre qui fait penser à du Helloween notamment  Future World) avant une belle explosion dans les refrains de la part de Kotipelto. Chapeau l’artiste ! Visions rajoute la dimension épique à ce live avec ces bonnes 10 minutes et quelques dans l’escarcelle, 10 minutes passant comme une lettre à la poste tant la performance est époustouflante et pour « digérer », un bon solo de Lauri Porra le bassiste (lui aussi bien droit dans ses chaussures depuis le début) débarque dans la foulée. Solo où le public participe également… En clôture du premier CD, le très beau Coming Home et ses acoustiques.

Le second disque démarre fort avec Legions of the Twillight dont nous n’aurons rien à dire concernant la qualité du merdier. Mention spéciale à Matias Kupiainen qui mérite à lui seul un 10/10 rien que sur ce titre et n’oublions pas Jörg Michael, impitoyable et titanesque derrière les fûts. Le Power Metal je vous jure… Darkest Hours, bien que très bon, passe moins bien que les autres titres précédents, allez savoir pourquoi. Pourtant chaque membre brille ou assure tout simplement dans son domaine. Bizarre. Le groupe envoie deux reprises d’affilée : Burn de Deep Purple et Behind Blue Eyes des Who. Inutile de préciser que le tout a été remis à la sauce Stratovarius bien comme il faut, de manière très pro’, c’est très prenant et agréable. Et en plus, ça passe bien en live (surtout Burn qui est implacable). Retour à du Strat’ avec Winter Skies (provenant de Polaris…) dont nous apprécierons particulièrement le passage au clavier de plus d’une minute juste avant le solo de Kupiainen où les fans sont en rythme avec Johansson. Celui-ci a évidemment son propre solo (le troisième dans ce live) avant de voir le dantesque Black Diamond enchaîner par la suite. C’est du rapide, lourd, technique et sans-concession, à vivre en vrai devant la scène avec une bière à la main et en secouant la caboche comme un forcené. Ces refrains… Ça tabasse tellement que ça réveillerait un mort ! Et en parlant de truc qui tabasse, on rempile avec Father Time. Les membres sont encore une fois à fond dans ce qu’ils font et ça se sent. ENCORE ! Malheureusement, l’heure du rush final, du For Those About to Rock (We Salute You) : Hunting High and Low. On se tait et on savoure la communion du groupe avec le public. Rien à dire de plus si ce n’est que la classe et l’efficacité d’une STRATOcaster se marie bien avec un chef-d’œuvre qu’est le StradiVARIUS. Fallait que je la fasse celle-là.

Under Flaming Winter Skies – Live in Tampere contentera tous les fans du combo originaire de Finlande. Ne souffrant d’aucun problème de production particuliers même si (selon moi) celle du Polaris Live était un peu meilleure, cette déclaration de Stratovarius sur scène est à écouter, que l’on aime le Power Metal ou non. La performance de chacun des membres y est exemplaire (même si Timo Kotipelto montre que sa voix commence à ne plus pouvoir tenir les aigus comme auparavant) et en aucun cas l’un d’eux en retrait. Le Live in Tampere est également l’occasion de découvrir le groupe si l’on est un néopythe car celui-ci pioche dans un peu près tout ce que le groupe a fait jusqu’à aujourd’hui. Et bien souvent, c’est par le live que l’on découvre les perles rares… Vous voyez ce que je veux dire ?

1101 vuesPar Doc Brown

Articles

Stratovarius

Stratovarius

Stratovarius est un groupe finlandais de power metal fondé en 1984 à Helsinki. Sa musique se...

+ d'infos

Derniers articles

Live-Report » Photo-Report: Stratovarius /...
Chronique » Stratovarius - Nemesis
Interview » Première partie de l'entretien...
Chronique » Stratovarius - Under Flaming...