Dossier Sacrifice, le nouvel album de Saxon, vu par Biff Byford et par Louder !

15 Février 2013
Sacrifice, le nouvel album de Saxon, vu par Biff Byford et par Louder !

Nous sommes le mardi 11 décembre et c’est un Biff Byford visiblement fatigué par cette journée de promotion sur Paris que nous retrouvons, attablés avec son compère Doug Scarratt prêts à nous en dire plus sur le très attendu nouvel album de Saxon, Sacrifice.

D’entrée de jeu, Biff se veut clair, cet album est un opus aux  guitares plus british, plus jumelles dans l’exécution des riffs. Un peu un « back to the basics » de la part de Saxon donc, non pas que le groupe agisse dans l’idée de se diriger vers cet état d’esprit comme on pourrait le penser, non c’est plus profond que ça. « On a une tel alchimie sur scène, qu’il fallait qu’on essaie de la retranscrire sur album. » nous explique-t-il.

Saxon n’est pas un groupe qui écrit dans le but d’obtenir un résultat défini comme nous le confiera Doug, si le groupe vient à écrire un titre bluesy, alors il sera bluesy, si ça tire plus vers un hard-rock saveur heavy en mid-tempo, alors c’est ce que ce sera. La bande semble suivre son instinct et ne pas vouloir se reposer sur ses acquis, Biff le dira lui-même quand il expliquera qu’il pourrait se contenter de jouer du Crusader et du Wheels Of Steel à tire-larigot mais qu’artistiquement ça ne l’intéresse absolument pas, lui comme les autres membres du groupe.

La preuve se fait d’ailleurs sur un Made In Belfast aux influences celtiques qui permet encore aujourd’hui de prouver que Saxon peut surprendre son monde : « Je crois que nous essayons de ne pas être ennuyeux avec notre musique, comme en mettant cette mandoline au cœur même de la chanson, une tentative de surprendre, avec des trucs celtiques par exemple. » Concrètement, cet album se veut comme un retour aux sources pour Saxon, un retour vers ce côté heavy pur des premiers albums. 

On ne peut qu’acquiescer face à une telle explication, cette dernière est sincère et a toutes les raisons d’être vraie. Mais qu’en est-il du résultat final ? Rassurez-vous, le tout vous gâtera les cages à miel, car Biff ne mentait pas quand il parlait de retour aux sources. Nous nous éloignons en effet considérablement d’un album comme Call To Arms qui avait su se forger une identité différemment, il y avait plus d’ambiances, des compositions plus diversifiées, c’était un album qui aurait pu tenir lieu d’album de la maturité, montrant un Saxon inspiré, qui prend des risques et offre plus qu’à l’accoutumée.

Hors, Sacrifice en serait presque la complète inverse mais pourrait tout aussi bien en être le complément idéal. L’album s’ouvre sur le titre éponyme, l’on y retrouve ce Saxon agressif, qui en veut, la batterie tape, Biff crie. La production mise en avant est claire, efficace mais possède aussi ce petit côté brouillon, nous rappelant un peu le bon vieux temps. C’est agréable. Made In Belfast surprends et nous enivre quelque peu avec ses ambiances Irlandaises, le tout est un peu plus recherché, rappelant justement des compositions du calibre de celles qu’on pouvait trouver sur Call To Arms. Warriors Of The Road est un pur morceau heavy, digne des brûlots que le groupe aurait pu sortir sur ses premiers albums. Cependant, on peut émettre une petite critique les bruits de Formule 1 qu’on peut entendre durant l’écoute, un peu cheap et inutile dans le cas présent. Guardians Of The Tomb se veut à l’image de Made In Belfast, être un titre inspiré, avec une certaine ambiance mais sachant permettre à Saxon de retrouver une certaine énergie, ce retour aux origines opéré sur le titre Sacrifice par exemple.
Saxon est un groupe qui a évolué, il l’a prouvé sur leurs précédents albums comme nous le disions précédemment, pourtant le groupe arrive à revenir avec brio à ce qu’il a été à ses débuts, c’est donc un chouette melting-pot que nous obtenons la, Guardians Of The Tomb en est l’exemple parfait.

L’album est une représentation générale de ce qu’a pu être Saxon, pourtant on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine frustration à certains moments. Wheels Of Terror par exemple, est je trouve, un peu maladroit dans sa conception, ne sachant pas trop où se placer dans cet album qui se veut être quand même un retour aux sources marqué par les travaux modernes du combo. A l’inverse de Stand Up And Fight qui est un Saxon old-school comme on l’apprécie par exemple, simple et efficace. L’album mêle en effet deux types de chansons, celles à l’ancienne et celles mêlant un peu les différentes facettes que Saxon a pu avoir. Pourtant, certains soli, auraient gagnés à être plus inspirés, je pense à Guardians Of The Tomb encore qui aurait gagné à voir son solo être plus travaillé par exemple. Le groupe se fait tout de même plaisir et ça se sent, même sur un titre comme Walking The Steel qui malgré son ensemble très menaçant dans le style, reste quand même très basique, nous retrouvons à nouveau un Saxon vraiment désireux de réussir à mêler tous les éléments importants de sa carrière.

Cet album est une excellente surprise, qui laisse néanmoins un tout petit goût de frustration, pas gênant mais assurément évitable. Un mois de plus en studio et on touchait à l’un des meilleurs albums de Saxon toute période confondue, malheureusement, quelques maladresses subsistent et viennent tâcher un tableau pourtant parfait, représentant parfaitement la carrière d’un Saxon jamais feignant, ne se reposant jamais sur ses acquis et gâtant l’auditeur autant qu’il le peut. On y retrouve tous les points positifs d’un Call To Arms et la puissance des premiers albums, à l’état brut. L’écoute se fait sans ennui, avec un sourire tout le long, on s’éclate et c’est bien là le principal. Sacrés Saxon !

1722 vuesPar Jimmy Jetsam

Articles

Saxon

Saxon

Saxon est un groupe de heavy metal anglais.

+ d'infos

Derniers articles

Chronique » Saxon – Unplugged and Strung Up
Dossier » Sacrifice, le nouvel album de...