Chronique Lordi - To Beast Or Not To Beast

28 Février 2013
Lordi - To Beast Or Not To Beast

Après un Babez For Breakfast sympathique et pas prise de tête, Lordi nous revient avec ce To Beast Or Not To Beast qui semble faire office de nouveau départ pour un groupe qui vient d’essuyer un assez grand nombre de tuiles. Otus, batteur du combo depuis 2010 est en effet décédé en Février 2011, tandis que la claviériste Awa qui était dans le groupe depuis 2005 décida de s’en aller. Il est clair qu’il y a mieux comme environnement de composition, cependant Lordi ne semble pas se laisser aller et est de retour aujourd’hui, avec un opus différent mais assurément inspiré, comme le prouve cette pochette faisant clairement référence à Hamlet et offrant une relecture bien glauque, à la sauce Lordi. Délire complet ou pétard mouillé ? Vous seuls pourrez juger, mais je peux par contre vous donner un aperçu de ce qui vous attend.

L’album s’ouvre déjà sur un titre qui va attiser la curiosité des connaisseurs du groupe, We’Re Not Bad For Kids, We’re Worse qui a au moins le mérite de donner le ton, s’ouvrant sur un cri inhumain et des sonorités ramenant vers une sorte d’hybride entre le death et le grindcore. Voilà qui est familier ! Très vite, la chanson repart vers un Lordi plus commun, grosses guitares, une batterie qui tape fort, des refrains efficaces et généreux ! Pourtant le grain de voix de Mr.Lordi me semble déjà plus ancré dans les tons graves, pour un résultat plus brutal, bestial. L’introduction d’I Luv Ugly, second titre de la galette, part encore plus loin dans le délire, offrant une ambiance morbide au morceau avant que le hard-rock du groupe ne prenne le relais, jamais le groupe n’aura été si loin dans le délire qu’ils nous vendent depuis qu’ils existent. Enfin, leur apparence transparaît dans leur musique, rendant cette dernière bien plus attrayante que par le passé ! Avant c’était ces ambiances dignes d’un bon film d’horreur série Z qui faisait briller le hard-rock offert par le groupe, désormais, ça semble être complètement l’inverse. Des titres comme I Luv Ugly, Schizo Doll (dérangeante à souhait), Candy For The Cannibal le prouvent et réussissent le coup ! Lordi semble avoir décidé de franchir un palier et ce n’est pas pour me déplaire.

The Riff, chanson écrite par Mr.Lordi le jour de la mort d’Otus brille par son côté plus direct mais continuant tout de même sa route vers ce virage horreur encore plus assumé par la bande, le tout offre également une touche un peu plus moderne à la musique de Lordi, avec des sonorités presque metal industriel. Non mais, écoutez-moi cette intro sur Something Wicked This Way Comes, cette guitare lourde, ces bruitages dérangeants, ce refrain, aucun espoir ne semble transparaître. Happy New Fear et son refrain presque pop malgré des sons lourds et encore une fois bien série Z continue de faire le boulot mais offre quand même un moment plus « cool » et lumineux, musicalement parlant. Après son introduction flippante à souhait tout du moins ! La production semble être brouillonne aux premiers abords, presque dégueulasse à souhait et pourtant, je ne peux m’empêcher de saluer ce choix tant il permet à l’album d’accentuer cette descente dans les tréfonds de l’univers du groupe. Les finlandais touchent vraiment à tout ce qui peut venir embellir ce packaging plein d’horreurs et de saletés, comme le prouve le presque thrash-metal, I’m The Best. Sincerely With Love offre sa dose de fun avec des paroles très surprenantes venant du groupe, sur fond de hard-rock / heavy metal très caractéristique de Lordi, qui propose ici le titre le plus proche de ses anciens albums. L’album se termine sur le SCG6 : Otus Butcher Clinic, qui présente un solo du défunt batteur enregistré lors du dernier concert à Paris donné par la bande. Un hommage sobre, qui n’en fait pas des tonnes, qui se contente juste d’être beau et sincère.

To Beast Or Not To Beast se pose pour moi comme l’album le plus inspiré de Lordi, qui semble enfin tirer les influences films d’horreurs et autres joyeusetés vers le haut ! Comme je le disais, cet opus semble mettre l’ambiance en avant et la mettre en valeur grâce aux parties hard-rock, heavy metal et autres styles testés par les Finlandais ! On se surprend à prendre un pied d’enfer, s’éclater comme on ne l’avait pas fait depuis The Arockalypse qui est pourtant un album totalement différent, complètement à l’inverse de la démarche de ce To Beast Or Not To Beast. Lordi semblait s’embourber dans une routine pourtant loin d’être déplaisante et prend tout le monde à contre-pied avec cette nouvelle galette, pleine de nouvelles choses, de petites subtilités et qui se pose probablement comme un album qui tournera souvent dans vos lecteurs afin que vous puissiez déceler les petites subtilités. La réussite est telle, on s’y croit tellement, qu’on pourrait se prendre à espérer un spectacle digne d’une comédie musicale afin de mettre en scène certains des nouveaux titres. Une réussite totale ! Vivement la confirmation en live ! 

1495 vuesPar Jimmy Jetsam

Articles

Lordi

Lordi

Lordi est un groupe de heavy metal/hard rock finlandais créé en 1996.

+ d'infos

Derniers articles

Live-Report » Photo-Report: Lordi @...
Chronique » Lordi - To Beast Or Not To Beast