Chronique Drowning Pool - Resilience

6 Mai 2013
Drowning Pool - Resilience

Jasen Moreno, voilà un nom qui ne vous dit rien pour le moment, mais qui risque fort de faire parler de lui dans les prochains mois et les prochaines années. Car oui, s’il y a bien un groupe qui a su accumuler une certaine scoumoune au fil du temps, c’est bien Drowning Pool. Pourquoi je vous parle de Drowning Pool en dehors du fait que ce soit le groupe concerné par cette chronique ? Tout simplement car Jasen Moreno, n’est ni plus ni moins que le quatrième chanteur qui s’essaie au micro au sein du groupe. Oui, en effet, ça commence à faire beaucoup. Mais, durant toutes ces années, parsemées de succès et de galères, les ricains ont toujours su prouver qu’ils en avaient sous le capot. Même si, ces changements intempestifs brident une certaine création d’identité et d’attitude scénique, ce n’est pas avec Resilience, titre du nouvel opus, qu’on pourra dire que DP tourne en rond, c’est même tout à fait le contraire.

Premier point important à relever, Jasen ne marche aucunement dans les pas de ses prédécesseurs. Disposant d’un arsenal vocal plus posé,  mais tout aussi hargneux, sa voix au profil plus jeune offre un côté plus nasillard bienvenu ! Ce nouveau chanteur semble pousser la musique du combo vers des sphères plus proches du fameux Sinner (ndlr : album sorti en 2001), vers ce Metal pas totalement Nu mais presque Hard-Rock dans le propos. Riffs agressifs, baffes dans la tronche, voila le commun qui vous attend avec le début de Resilience et les titres Anytime, Anyplace ou encore Die For Nothing qui portent bien leur statut de brûlots. Très vite, l’hymne violent qu’est One Finger And A Fist déboule et finit le travail entamé par ses collègues avec un refrain jouissif qu’on se plaît à gueuler le plus possible et surtout, le plus fort possible. Jouissif et pas prise de tête, ces trois premiers titres ont le mérite de nous ramener vers un Drowning Pool hargneux qui se contente simplement de faire plaisir à son fan avec des plans inspirés et renversants. Jasen offre un nouveau souffle qui semble pourtant ramener ses nouveaux compagnons de jeu vers des sphères du passé, paradoxal n’est-ce pas ? Mais tellement bon !

Digging These Holes se veut d’un tout autre acabit, étant totalement Metal et s’éloignant un peu des aspects hard-rock présentés en début de méfait. Refrain presque calibré pour un passage radio sur une musique, qui malgré son côté sauvage, se veut à mon sens assez sombre. L’association de la légèreté avec une certaine lourdeur, intéressant mais tout de même un poil convenu ! On retiendra plus le riff über-cool de Saturday Night qui dès son introduction, rendra l’auditeur heureux. Sans parler du chant et du phrasé du jeune Jasen, qui il faut l’avouer, fait son effet. Un morceau à ne pas louper sans aucun doute. Low Crawl se voudra plus posée dans son entame avant d’enfoncer le clou avec un gros riff servi par une double pédale violente à souhait et un refrain où toute la haine du groupe semble se dévoiler. On passera sur Life Of Misery qui doit être le titre le plus faible de l’album, ne proposant aucune réelle surprise et passeront directement au terrible Broken Again qui je trouve se permet quelques aspects (lointains certes) indus. On saluera l’émouvant In Memory Of, dédié à l’ancien chanteur de Drowning Pool, Dave, décédé il y a dix ans. Un titre fort en émotions, joué toute en retenue et offrant un véritable grand moment à un album qui semble se compléter au fur et à mesure de l’écoute. C’est Blindfold, ultime brûlot de cette galette, qui vient fermer cet album dans une dernière et jouissive dose de décibels comme on les aime.

Plein de bonnes intentions, Resilience est un album complet, proposant son lot d’ambiances, partant de moments ou la puissance est reine, pour arriver à des sonorités plus sombres et plus personnelles. Drowning Pool semble avec ce nouvel opus revenir sur une carrière qui n’a pas toujours été facile. Le nouveau venu Jasen apporte avec lui une certaine sensibilité mêlée à une rage qui fait son effet. Le groupe semble nous servir l’album dont il avait besoin, faisant état du passé pour mieux construire un futur qui semble s’annoncer radieux, vu la qualité du travail proposé sur cet opus ! Bravo messieurs ! Mention spéciale aux titres bonus, aussi jouissifs que le reste et qui offrent, comme leur nom l’indique, un bonus, des plus plaisants ! Foncez !

1357 vuesPar Jimmy Jetsam

Articles

Drowning Pool

Drowning Pool

Drowning Pool est un groupe de nu metal originaire de Dallas, aux États-Unis. Leurs influences musicales...

+ d'infos

Derniers articles

Interview » Entretien avec CJ Pierce...
Chronique » Drowning Pool - Resilience
Live-Report » Photo-Report: Drowning Pool +...