Live-Report Soirée de lancement d'AC/DC Live At River Plate à Paris

23 Novembre 2012
Soirée de lancement d'AC/DC Live At River Plate à Paris

Il y a quelques semaines, via un certain réseau social, j'apprends que Black Bells, un tribute d'AC/DC que je connais et que j'apprécie énormément va jouer à la Flèche d'Or le 20 novembre pour célébrer la sortie du nouveau CD live d'AC/DC, le Live at River Plate. Ni une ni deux je me débrouille pour obtenir deux invitations (merci à Highway to AC/DC) et dès lors, je commence à réfléchir à la couleur de la cravate que je vais porter...

Le programme semble assez kitsch et m'effraie pas mal... En effet, cette soirée « Highway to Noël » (mon Dieu, que c'est drôle) nous prévoit un concours de sosies d'Angus et une compétition de Air Guitar, ainsi que de nombreux cadeaux à gagner. C'est un peu la foire au boudin de Sony, mais on ne va pas se plaindre! Ce sera sans doute une bonne soirée...

Le jour-j , après avoir enfilé ma cravate fétiche et une chemise blanche, je me dirige vers la Flèche d'Or... Vue de l'extérieur, la salle ne fait vraiment pas envie ; on a l'étrange impression d'admirer la devanture d'une maison close délabrée. A l'intérieur, cependant, c'est beaucoup mieux ; classe, sobre, intime.. C'est une belle salle, toute de noire vêtue. Seuls les toilettes feront une ENORME ombre au tableau.. Mais je suis pas là pour jouer le guide du routard, donc on ne va pas s'attarder là-dessus..
Le Live at Donington est diffusé sur un mur. Ca nous met dans l'ambiance, c'est sympa, même si la plupart des personnes présentes ne semblent pas très réceptives.. A vrai dire, le public semble composé pour la majorité de Parisiens curieux ne connaissant pas grand chose à AC/DC. On est loin de l'atmosphère des concerts à Bercy, ou encore de l'avant première dans un cinéma parisien du Live at River Plate de mars 2011.
Cependant, les caméras de plusieurs chaînes de télévision ont fait le déplacement.. Je me fais d'ailleurs interviewer par une journaliste de France 5, qui me pose des questions affligeantes de banalité. C'est rigolo.

Tandis que je savoure l'une de mes trois consommations gratuites, assis sur le bord de la scène, j'apprends que le concert va commencer. Un animateur déguisé en Bon Scott monte sur scène et introduit le groupe. Il nous parle de ses expériences acédécéiennes, de ses souvenirs... Il fait monter  un gamin de 8 ans pour jouer de la batterie par dessus Back In Black. C'est un moment drôle et touchant. Ensuite, l'enfant laisse sa place à Black Bells. Sa joie est communicative..

L'intro de Rock And Roll Train résonne dans la salle, et les musiciens se préparent tranquillement, avant d'envoyer la saucée. Globalement le son est très bon, même si je déplore de ne quasiment pas entendre le chant d'Olivier Brossard (c'est ça d'être au premier rang).
Xavier Hamon, sur sa Gretsch, est relativement impeccable. Sa rythmique tourne comme une horloge tandis que Johnny Van-Hooland, derrière ses fûts, assure le job à la perfection avec une énorme frappe. Sacha Dubas, quant à lui, reproduit les lignes sobres et efficaces de Cliff Williams, avec une certaine dextérité. Bref, les pilliers rythmiques sont assurés. De son côté, Olivier Brossard, en bon frontman, assure le show du début à la fin. Sa voix, même si pas vraiment similaire à celle de Brian, est magistrale. Il ne cherche pas à faire un copier-coller bancal, et c'est là que réside sa force. C'est un véritable chanteur, doté d'un énorme talent. François Delfin, dans le rôle d'Angus semble détendu et joue très bien. Le son de sa tête d'ampli Wizard est monstrueux.. Les précédentes fois où j'ai vu le groupe, le son était excessivement criard, mais là, c'était juste parfait. Au niveau du jeu, je n'ai pas grand chose à dire.. C'était propre et efficace, même si souvent loin du véritable toucher d'Angus, mais ça, on ne peut rien y faire !

Concernant la set-list, c'était sensiblement la même que celle du Live At River Plate, excepté pour deux chansons : Big Jack, remplacée par Problem Child, et Black Ice, remplacée par If You Want Blood (You've got it).

L'avantage de ce concert, c'est qu'il évitait les trop longs temps morts caractéristiques des véritables shows du 'DC : The Jack ne dure pas 3 heures, malgré le strip tease du chauffeur de salle, déguisé en Angus, et Let There Be Rock est amputé du loooong solo auquel nous a habitué Angus. Au lieu de ça, notre animateur clownesque vient vêtu d'une soutane de prêtre noire, déverser entre nos lèvres quelques gouttes de Jack Daniel's. Shoot to thrill, Thunderstruck, War Machine et Dog Eat Dog sont pour moi les temps forts de la soirée (sans parler de For Those About To Rock, qui était exceptionnelle). Au rappel, avant d’entamer Highway To Hell, l'animateur demande quelques volontaires pour le fameux concours de Air Guitar, avec un casque de moto AC/DC à la clef... C'est un beau moment de déconnade.

Après les derniers coups de canon, le concert s'achève, et l'animateur monte sur scène pour procéder  à un tirage au sort, pour gagner divers CD, vinyles, posters... Les lots sont de qualité. Sony a mis le paquet.
A un moment, l'animateur s'adresse à mon amie et moi, et nous dit : « Je suis désolé.. On ne va pas pouvoir organiser de concours de sosies.. Vous êtes les deux seuls cravatés... Donc voilà pour vous... » . Je le regarde se déplacer vers le bord droit de la scène, puis il m'apporte deux CD du Live At River Plate ; un jaune, et un rouge (il ne me manque plus que le bleu!) ; ainsi que le « coffret-ampli » Backtracks. On n'a pas perdu notre soirée !  

Après le show nous échangeons quelques mots autour d'un monaco avec Olivier Brossard, dans une sorte de véranda qui jouxte la Flèche d'Or, avant de prendre la route vers la station de métro la plus proche, notre ampli sous le bras...

La petite sauterie organisée par Sony se finit donc parfaitement bien. C'était une soirée mémorable et divertissante, ce genre de soirée qui détend et qui met de bonne humeur pour toute la semaine.
Par ailleurs, je vous invite instamment à aller voir Black Bells s'ils passent un jour près de chez vous.. Si vous vous sentez nostalgique du Black Ice Tour, si vous avez besoin d'une dose pressante d'AC/DC, pour changer de votre Powerage quotidien, n'hésitez pas un instant! Vous ne le regretterez pas.

1843 vuesPar La Lanterne

Articles

AC/DC

AC/DC

AC/DC est un groupe de rock australo-britannique formé à Sydney en 1973 par les frères Angus et...

+ d'infos

Derniers articles

Chronique » AC/DC - Live At River Plate (CD)
Live-Report » Soirée de lancement d'AC/DC...